• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
14/12/2016

La remédiation règlementaire : Y a-t-il un PMO dans le projet ?

Nous avons vu dans l’article précédent, que la remédiation réglementaire devait être considérée comme un projet à part entière. La question est désormais de savoir comment organiser celui-ci.

Le “projet de remédiation” doit être organisé à l’image d’un véritable “projet de transformation”

Envisager la remédiation comme un projet doit cibler une proposition de  réponse qui tient compte de l’accumulation des recommandations et de ses travers que sont (i) le déploiement simultané d’un trop grand nombre d’actions menant à une surcharge d’activités de remédiation pour certains opérationnels et rendant difficile la priorisation par les opérationnels entre le « business as usual » et l’activité de remédiation (ii) la superposition d’échéances qui rend compliqué le suivi d’un chemin critique (iii) la redondance d’actions aux finalités identiques, remontées par des audits différents, dès lors qu’elles sont remédiées indépendamment.

Il faut alors s’assurer de cadrer la démarche en se posant les bonnes questions, ce qui permettra de limiter les risques d’échecs :

D’abord se demander quelle approche méthodologique est la plus pertinente pour ce « projet de remédiation » ? Comment travailler ? (i) Faut-il développer une approche en silo ? Et considérer chaque recommandation ou chaque audit indépendamment, sans bénéficier d’une vision globale de la remédiation et sans pouvoir identifier facilement les synergies entre les différentes actions de remédiation. (i) Faut-il adopter une démarche séquentielle de cycle en V ? Et tenir compte du risque potentiel d’effet tunnel (nécessité de définir le besoin en début de cycle, et d’attendre la fin du projet pour découvrir le résultat obtenu) (ii) Faut-il envisager un pilotage en mode Agile ? Et recourir à un fonctionnement par itération peut-être plus adapté à un projet purement informatique.

Ensuite, s’interroger sur comment répartir le temps de travail dédié à la remédiation et les ressources à y allouer, tout en gardant à l’esprit que les audits réglementaires ne sont souvent pas pris en compte dans les plannings initiaux (charge et ressources humaines) ; dès lors : (i) Faut-il créer une équipe interne dédiée à la remédiation, constituée de façon ad-hoc : une « Task Force » opérationnelle disposant d’une expertise métier qui pourrait intervenir pour piloter les remédiations dans les entités et les filiales ? (ii) Faut-il faire appel à une équipe de consulting interne (si l’organisation en dispose) en sachant que les plannings de ces équipes sont souvent difficiles à modifier ? (iii) Quelle part de leur temps de travail les opérationnels peuvent-ils allouer à la remédiation sans que cela se fasse au détriment de leur activité initiale ? (iv) Faut-il recourir à des prestataires externes pour un projet de remédiation dont le coût n’a pas toujours été budgété.

Pour structurer ce “Projet de remédiation”, il importe de positionner, en lien étroit avec la Direction du Projet, un dispositif robuste de Project Management Office (PMO).

Ce dispositif sera la garantie d’une remédiation efficace, efficiente et économe. En effet, le déploiement et l'implication d’un dispositif de PMO, dès la structuration d’un projet de remédiation est un facteur déterminant pour permettre à celui-ci d’atteindre ses objectifs. En effet, elle disposera ainsi d’une vision globale du projet en amont de son déploiement et pourra en identifier les lacunes et les éventuels “trous dans la raquette”. Ainsi, la PMO se portera garante :

  • De la répartition des actions de remédiation en « streams » (chantiers homogènes), une tâche plus que pertinente avec la multiplicité des actions, notamment pour identifier des synergies entre elles, en requalifier certaines en sous-actions et identifier celles qui pourraient avoir des adhérences.
  • De la bonne prise en compte des facteurs de succès suivants : (i) la mise en place d’une gouvernance adaptée (ii) l’identification d’un sponsor référent pour le projet global de remédiation  (iii) le positionnement comité de pilotage destiné à superviser les aspects opérationnels et métier du projet pour le compte du sponsor (iv) l’identification de stream leaders (ou chefs de projet) porteurs de la responsabilité des actions et des sous-actions (v) le positionnement d’un IT leader, chargé de l’imbrication de l’ensemble des aspects IT du projet.
  • D’un reporting permettant de mesurer la qualité de l’avancement du projet en proposant (i) des indicateurs de suivi de l’avancement projet pour assurer, malgré la multiplication des actions de remédiation, que celui-ci s’effectue correctement et au niveau d’exigence requis ; définis en amont du projet, ils permettront de bien mesurer l'atteinte ou non de l'objectif (ii) une logique de “portefeuille” de remédiation à mettre en place. Cette approche permet au pilotage de s’effectuer et, tout en mesurant le niveau d'atteinte des objectifs, de re-prioriser en fonction des nouvelles actions de remédiation s'ajoutant au portefeuille, et ainsi de suite. (iii) un calcul du retour sur investissement de la remédiation, qui tiendra compte de l’investissement réalisé (projet / outils), du coût d’opportunité (remédiation vs travaux opérationnels) et qui sera à mettre en balance avec les risques financiers évités (sanctions) mais difficilement chiffrables.

La clé du succès de la remédiation réside donc bien dans sa mise en oeuvre au travers d’un mode “projet” adéquat et piloté par un dispositif PMO fort.

 

Pour conclure

Pour aller plus loin, Sia Partners propose une vision dynamique du dispositif de PMO, en articulant ce dernier autour de deux compétences clefs : l’approche méthodologique et l’expertise métier. Pour ce faire, Sia Partners sollicite d’une part des spécialistes du pilotage de projet, afin de minimiser les “risques” évoqués ci-dessus en assurant le cadrage et la faisabilité du projet. Et d’autre part, Sia Partners implique des spécialistes “métier”, en capacité de cerner rapidement les enjeux opérationnels de la remédiation pour s’assurer de la bonne adéquation entre les attentes terrains, les obligations réglementaires et les évolutions en cours.

Copyright © 2016 Sia Partners. Any use of this material without specific permission of Sia Partners is strictly prohibited.

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top